Le mur des sots

 


Ça y est! Le "mur des lamentations" s'est refait une réputation à Ellezelles! Il y avait belle lurette que '! La population jetait des sorts à ce mur sombre et terne, pourtant rehaussé d'une bien jolie petite frise en céramique jaune... Que nenni! Les ellezellois ne voyaient dans cette masse pierreuse délimitant la Grand' Place côté chaussée; Qu'un maléfice pour faire grommeler les villageois et fuir les touristes ! Et las d'être sans cesse harcelés pour le mauvais goût de cette stèle satanique, l'administration communale et le Parc naturel des Collines ont décidé de prendre le diable par les cornes. Il fallait conjurer ce tas de pierres avant le sabbat! Mais quel maître choisir pour réaliser un tel ouvrage? Christian Pieman, évidemment! Qui d'autre que cet ami des sorcières, tombé dans la marmite du folklore étant petit, pouvait trouver la formule qui rendrait leur enthousiasme aux "désabusés du mur?"

Son secret? Habiller le mur de folklore: les sorcières, le sabbat, la moinette, le paysan et 'bien sûr, l'initiateur des traditions populaires, Jacques Vandewattyne.

 

La critique est unanime: c'est une réussite! Des figurines en polyester, représentant des ellezellois, férus de folklore bien entendu, sont mis à l'honneur. C'est attractif. C'est envoûtant. C'est Ellezelles, quoi!.

Un travail de longue haleine


Plongé dans le folklore ellezellois depuis sa plus tendre enfance, Christian Pieman, peintre-graphiste, est initié à différentes techniques par Jacques Vandewattyne. C'est l'une d'elles, "la technique du polyester" que l'artiste a choisie pour cette réalisation, qui par ailleurs ne laisse d'étonner par la somme de travail qu'elle requiert. Après la recherche iconographique, sur base d'une photo, un dessin est esquissé. Celui-ci sert à réaliser un moule en argile. Une fois séché, il y coule une chape de polyester. Après séchage, il évide l'argile et y coule une seconde chape de polyester. Démoulé, ce sera le personnage définitif.
Ensuite, il nettoie et dégraisse la figurine, la peint et la vernit. Cette tâche dure deux semaines et demi: la première figurine est terminée. Il y en aura 34 autres,.. soit 480 heures de travail!

La sculpture mesure 23 mètres de long, culmine de 50 à 170 cm d'un bout à l'autre de la Grand' Place. Et dans une débauche de lumerottes, juchée sur la fontaine, une terrible sorcière prépare déjà sa potion maléfique: les ellezellois jubilent!

La morale de cette histoire? Ne jamais chasser le naturel des ellezellois, il revient au triple galop!


Le mur des sots?

En 1980, Jacques Vandewattyne réalisait le mur des fous à Renaix. Les personnages en sont toujours visibles sur le pignon d'une maison de coin 20 ans plus tard. C'est en hommage à l'imaginaire de Watkyne que le nouveau mur d'Ellezelles fut d'emblée baptisé "le mur des sots", Si vous souhaitez vivre un moment fort de cette ambiance ellezelloise, venez au 30e anniversaire du sabbat des sorcières le 27 avril prochain, Les sorcières vous donnent rendez-vous sur la Grand' Place à 16h pour rejoindre le Jardin de Pierres de Watkyne à pied.., Ça promet de l'amusement! Après quoi, vous pourrez ripailler avec les sots et les sorcières lors de leur traditionnel banquet en la salle "Chez Nous" à 19h00. : , Houp, houp, riki rikette

Pour voir plus de photos sur l'inauguration Du Mur des sots clicquez ici

Source : AZ l'Echo Postillon (collines) du 17 avril 2002



programme du sabbat
cliquez ici

Meteo